On a testé la Razer Mamba Wireless (2018) : la meilleure Mamba.

Résumé
Même si Razer n'a effectué que peu d'améliorations par rapport à la précédente version, cette Mamba Wireless 2018 bénéficie d'une grosse autonomie, d'un capteur plus performant et d'une ergonomie et d'un design toujours aussi bons ! A mettre entre toutes les mains... De droitiers exclusivement !
Les +
  • Très bonne finition
  • Très bonne connexion sans fil
  • Facile à prendre en main et confortable
  • Rapide et précise
  • Très grosse autonomie
Les -
  • 16 000 DPI, totalement inutile
  • Évolutions globalement mineures
8.8
Excellent
Design - 9
Materiau - 9
Ergonomie - 9
Capteur - 9
Boutons - 8

Si, pendant longtemps, les gamers ont délaissé les souris sans fil à cause de leur temps de réponse beaucoup plus faible que les filaires et leur autonomie souvent limitée, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les mulots sans fil à la patte ont donc vraiment trouvé leur place !

Aujourd’hui, la Mamba Wireless (2018) est sûrement la souris sans fil la plus aboutie jamais conçue, dépassant même la Mamba Elite en raison du confort apporté par le sans fil.

Packaging de la Razer Mamba Wireless (2018)

 

En bref :

  • Capteur : Optique
  • DPI Max : 16.000
  • Boutons : 7 programmables
  • Poids : 106 g
  • Vitesse de transmission : 1000 Hz
  • Autonomie : de 35 à 50 h (selon réglages)

Design et ergonomie

Visuellement parlant, la Mamba Wireless ne change pas vraiment de ses consœurs. Sa forme en fait toujours une souris pour droitier. Si le côté gauche est incurvé vers l’intérieur pour permettre à votre pouce de la saisir facilement, inversement, le côté droit dépasse légèrement pour accueillir votre annulaire et votre auriculaire. Le revêtement est toujours mat, mais moins granuleux et plus lisse que le précédent modèle sans fil. Le grip en caoutchouc sur les tranches change lui aussi et permet une bonne prise pour lever la souris qui ne risque pas de vous échapper même lors de mouvements rapides.

Vue du dessus de la Razer Mamba Wireless (2018)

Elle reste ultra efficace, la prise en main est immédiate et sa taille moyenne permet de la prendre en palm, claw ou finger grip sans souci. Même si la surface est plus lisse, elle ne garde pas trop les traces de doigts, ce qui est appréciable.

Lire notre test de la souris sans fil Asus ROG Spatha

On trouve deux boutons sous le pouce, deux autres boutons derrière la molette, crantée juste ce qu’il faut,  et les deux clics. À noter, que contrairement à sa sœur, la Mamba Elite, Razer a décidé de remplacer les boutons Omron par des switchs mécaniques signés Razer, mais tout de même donnés pour 50 millions de clics.
Les deux boutons côté pouce sont bien positionnés pour éviter tout clic accidentel et suffisamment larges pour être activés sans les chercher. D’ailleurs tous les boutons tombent naturellement sous les doigts et sont bien entendu tous programmables à volonté grâce au logiciel Synapse.

Vue du côtés gauche de la Razer Mamba Wireless (2018)

Même s’il s’agit plutôt d’un gros mulot de par son gabarit, et surtout sa largeur un peu plus importante que la moyenne, avec ses 106 g et ses 3 patins, il se prend en main facilement.
Mais peut-être que les petites mains auront un peu plus de mal vu ses dimensions : 125,7 mm (Longueur) x 70 mm (Largeur) x 43.2 mm (hauteur). En retournant la souris on trouvera, dans sa partie inférieure, le compartiment pour le récepteur et les commandes annexes.

img class=”aligncenter wp-image-9174″ src=”https://monsetupgaming.fr/wp-content/uploads/2019/02/razer-mamba-wireless-5-300×169.jpg” alt=”Vue du compartiment sous la Razer Mamba Wireless (2018)” width=”511″ height=”288″ />

Comme toujours chez Razer, la finition ne souffre d’aucune critique tout comme les matériaux utilisés.

Fonctionnalités et utilisation

Comme dit précédemment, on a donc 7 boutons programmables à volonté et des clics non plus Omron mais développés par Razer. Que cela ne vous fasse pas peur car, même si les switchs ont un rebond moins prononcé, ils n’en restent pas moins ultra rapide et les amateurs de RTS et MOBA pourront spammer le clic gauche sans aucun souci !

Pour les fans de MMO voir notre test de la Razer Naga Epic Chroma

À la sortie de la boîte, la sensibilité peut être modifiée par la combinaison d’un bouton et de la molette centrale pour incrémenter celle-ci par paliers de 50 DPI. Sans modification, les cinq configurations de sensibilité s’échelonnent ainsi : 800, 1800, 4500, 9000 et 16 000 DPI, même si encore une fois, je rappelle que le DPI standard des gamers se situe aux alentours des 3000 DPI (je suis moi-même en 2800 DPI que ça soit pour la bureautique ou le jeu).

Vue du panneau de contrôle Synapse3 pour réglages DPI de la Razer Mamba Wireless 2018

La résolution maximale est en phase avec ce qui se fait de mieux en ce moment et la Mamba utilise un capteur Optique dit 5G qui résiste donc à des accélérations de 50G ! Je vous mets au défi d’y arriver sur un simple mouvement de bras mais l’intention est louable (ou le marketing bien pensé, au choix !).
Et comme je le disais plus haut, si auparavant les gamers délaissaient les souris sans fil car leur temps de réponse étaient trop lent, ici aucun souci puisqu’on est sur du 1 ms (c’est la fameuse mention donnée par Razer : « ultrapolling 1000 Hz », marketing quand tu nous tiens !), ce qui se fait de mieux y compris en souris filaire ! Autant dire que, même pour le furieux de FPS, il n’y aura aucun souci.

La Mamba possède tous les atouts que l’on peut demander à une souris gaming, le style en plus, puisque comme presque tous les objets de la marque, le système Chroma illumine la bête de plus de 16 000 nuances différentes si vous le souhaitez. Cela bien entendu au détriment de l’autonomie un peu en dessous des 50 heures en conditions optimales. Et pas seulement ; en effet pour atteindre les 50 h d’autonomie il faudra non seulement éteindre l’éclairage RGB mais aussi baisser la fréquence à 50 Hz. Car avec une fréquence de 1000 Hz et l’éclairage RGB, l’autonomie ne sera plus « que » de 35 h. Ce qui vous laisse tout de même de la marge pour jouer, à moins de faire un marathon de jeux vidéo ! Et lorsque la batterie est « faible », la molette rouge clignote pour vous dire qu’il ne vous reste que quelques heures de jeu (impossible de trouver combien exactement).

Vue de la duréee de la batterie de Razer Mamba Wireless 2018

Au pire, comme la connexion se fait via un dongle USB attaché à un câble, le branchement se fait en quelques secondes. D’ailleurs, pour ceux qui souhaiteraient optimiser cette connexion, ce câble fait éventuellement office de rallonge pour diminuer la distance émission/réception, en plus de servir à recharger la souris.

Vue du dongle de la Razer Mamba Wireless 2018

Pour la recharge, il est d’ailleurs conseillé d’éteindre complètement la souris afin d’atteindre la pleine capacité de l’accu. Un conseil dont vous ne profiterez qu’en allant consulter le site Razer qui explique le fonctionnement optimal de la Mamba. Indispensable, car aucune explication ne se trouve dans la boîte, c’est d’ailleurs le seul reproche de taille que l’on puisse faire à cette souris assez complète.
Pour finir, un petit mot sur Synapse 3, le logiciel de Razer qui permet de personnaliser sa Mamba Wireless comme il se doit avant de se lancer dans le feu de l’action. Comme toujours, il est possible d’attribuer de nouvelles fonctionnalités ou macros aux boutons de la souris, qui sont au nombre de 7 (sans compter les clics gauche et droit), d’enregistrer des profils directement dans la souris ou le Cloud, de modifier la sensibilité et la fréquence de polling, l’éclairage Chroma avec tout un tas d’effets lumineux (déjà créés par Razer ou à concevoir soi-même via le logiciel) et même de gérer l’alimentation avec la mise en veille après quelques minutes d’inactivité. C’est encore une fois très complet, Synapse 3 est simple d’utilisation (et ne bug pas trop !).

 

Vue du panneau de contrôle Synapse 3 pour réglage de fréquence Razer Mamba Wireless 2018

Conclusion

Même si la Mamba Wireless (2018) reste une simple évolution elle répond plus que correctement aux standards du moment et devient ainsi la meilleure des Mamba. Elle se place directement au niveau de la Logitech Pro et affiche des performances brutes similaires. Ce qu’elle perd en autonomie (Logitech est particulièrement attentif aux économies en ce sens), elle le gagne en partie grâce à son style plus radical. Si ce genre de chose est susceptible de vous plaire, cela peut faire pencher la balance. Elle reste cependant exclusivement réservée aux droitiers et demande un effort de la part de son utilisateur qui doit aller chercher les informations correctes de fonctionnement sur le site du constructeur. Dommage, pour une souris à presque 100 € chez Amazon (hors promotion comme à l’heure actuelle). Ceci dit, à ce prix elle est en dessous de la Logitech Pro dont elle est très proche en caractéristiques.

Si ce modèle ne corresponds à vos attentes vous trouverez sûrement votre bonheur dans notre guide d’achat des meilleures souris pour gamer.

Vote pour cet article !

1 0

Donne ton avis en commentaire !

 
Photo and Image Files
 
 
 
Audio and Video Files
 
 
 
Other File Types
 
 
 
  S’abonner  
Notifier de